Croissance spirituelle

Publié le par Pierre-Yves

Croissance spirituelle

Vous aimez le Seigneur c’est vrai, et vous voulez le suivre et le servir, cependant une chose vous tracasse. Vous notez une trop nette différence entre ce que dit la bible, et ce que vous vivez dans la réalité.

Ce décalage vous insupporte, car la parole de Dieu ne semble pas vous correspondre.

Vous vous fatiguez à faire des efforts pour changer, et venir à maturité, mais cela semble produire l’effet inverse.

Du coup, vous envisagez même de vous retirer de la course chrétienne, par souci de transparence et d’honnêteté envers celui qui est digne de louange et de gloire.

Une telle attitude force le respect, mais vous ne devez pas vous décourager pour autant.

Le changement dans la vie du croyant est un processus qui peut prendre plus ou moins de temps en fonction de certains critères qui varient d’un individu à un autre.

Si votre foi est authentique, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

La croissance spirituelle découle de la nouvelle vie en Christ, il n’y a pas d’efforts à fournir pour grandir. Certes, il faut se nourrir de la parole de Dieu, renforcer sa communion avec Christ par la prière et la mise en pratique de ce que Dieu dit.

Mais sachez que si vous avez la vie de Dieu en vous, elle ne peut que s’épanouir, vous devez veillez simplement à rester attaché au Christ qui est le cep.

La croissance spirituelle est un processus qui se met naturellement en place dans la vie d’un nouveau-né spirituel.

C’est Dieu qui se charge de vous transformer.

Laissez-vous guider par le Saint-Esprit, demeurez en Christ, et vous verrez à coup sûr l’œuvre de Dieu en vous.

Il n’y a pas de raccourci, alors soyez patient.

La science des hommes nous a habitués à des manipulations de toutes sortes pour amener un produit à la maturité en un temps record.

Mais avec Dieu, il faut s’armer de patience, et ne soyez pas étonné que ceux qui vous entourent soient les premiers à voir que vous avez changé.

Car en réalité, si nous croissons et portons du fruit, c’est pour l’édification de l’Eglise, pour l’utilité commune, et non pas pour que nous en tirions une quelconque gloire.

Publié dans Katchil 2

Commenter cet article