La conscience

Publié le par Pierre-Yves

La conscience

Dieu a pourvu l’homme d’un avertisseur que nous appelons la conscience, et dont le travail consiste à donner l’alarme chaque fois nous commettons une faute. C’est cette petite voix intérieure de la conscience qui nous signale si ce que nous faisons est bien ou pas. Elle devient accusatrice lorsque nous nous rendons coupable de péché, et n’a de cesse de nous réprimander jusqu’à ce que nous reconnaissions notre culpabilité.

D’une civilisation à l’autre, la conception de la notion du bien et du mal varie, mais la conscience est un indicateur constant qui n’est pas sensible aux époques, aux coutumes et aux traditions. C’est un instrument de référence sans laquelle l’homme serait semblable à un animal, sans aucune morale.

Cependant, l’état lamentable de notre société résulte du fait que l’homme essaie de faire taire par tous les moyens la voix de sa conscience, l’étouffant par toutes sortes d’activités, et de pratiques religieuses.

Cette voix accusatrice de la conscience est cependant une bénédiction de Dieu qui sert à refreiner les hommes qui seraient alors livrés à toutes sortes de vices, de passions et de désirs charnels.

La conscience perd son utilité si nous essayons sans cesse de la faire taire.

Car à force d’ignorer et de mépriser ses indications, la conscience perd sa sensibilité, et c’est ce dérèglement qui emmène l’homme à appeler le mal bien, et le bien mal.

Puissions nous être attentif à cet avertisseur qui n’a d’autre objectif que de nous conduire à la repentance, pour que nous ne soyons pas privé de la gloire de Dieu.

Publié dans Katchil 1

Commenter cet article