La croix

Publié le par Pierre-Yves

La croix

Il y a plus de deux mille ans trois croix étaient dressées sur le mont Golgotha. Sur ces croix, trois hommes étaient condamnés à mort, l’un de ces hommes a marqué de son empreinte le monde, et changé à jamais le cours de l’histoire. Entre deux brigands se trouvait le fils de Dieu, celui qui avait été envoyé pour sauver l’humanité.

Dieu a pris soin de choisir de quelle mort Jésus devait mourir. J’aimerais vous entretenir chers amis sur le sujet de la croix. Pourquoi la croix ? Que signifie ce symbole pour nous autre chrétiens aujourd’hui ?

Selon le texte de Galates 3 verset 13, le choix de Dieu s’est porté sur la croix parce qu’il fallait que Jésus devienne malédiction pour nous. Et cette malédiction résidait dans le fait simplement d’être pendu au bois.

Comprenez que la mort de Jésus n’aurait pas la même valeur pour nous s’il avait été tué autrement. S’il avait été lapidé par les pharisiens, ou encore s’il avait été tué accidentellement, sa mort ne nous aurait été d’aucune utilité.

C’est la raison pour laquelle Dieu du haut de son trône, a veillé à ce que le scénario qu’il avait écrit se réalise parfaitement sans aucune faille. Nous étions maudit à cause de nos péchés, et Jésus est devenu lui-même malédiction en mourant de la sorte sur la croix. Ainsi, son sacrifice répondait aux exigences de la loi.

Nous devons comprendre également que Dieu n’a pas sauvé l’homme au mépris de la loi, mais c’est en suivant scrupuleusement le texte de la loi que le Père nous a racheté.

Le salut dont nous parlons si facilement, le salut que beaucoup méprisent, c’est une œuvre qui a été rendu possible par la mort à la croix du Fils de Dieu.

La mort de Christ trouve tout son sens sur la croix, il fallait qu’il meure certes, mais il fallait surtout qu’il soit maudit pour s’identifier à nous dans sa mort.

Outre la malédiction de la croix, Dieu n’a pas choisi la mort la plus noble pour son fils. Hébreux 12 verset 2, Christ a méprisé l’ignominie. La croix c’est la mort la plus dégradante, même dans la mort le Seigneur s’est montré humble. Il n’a pas regardé à la honte que pouvait signifier un tel supplice, il a méprisé cette honte pour accomplir la mission que le Père lui avait confié. Ce texte nous laisse entendre que Jésus n’a pas subi un choix qui était seulement celui de Dieu, il s’est porté volontaire pour cette mission.

Aujourd’hui, nous avons honte de porter notre croix, d’accepter la souffrance qui est attachée à notre appel. Le maître n’a pas eu honte de se courber sous la sienne, il n’a pas eu honte de trébucher sous le poids la souffrance et de la condamnation. Sommes-nous prêt à ravaler notre fierté pour nous saisir de notre croix et suivre notre Seigneur sur le chemin de la foi.

Colossiens 2 versets 14 et 15

Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.

La croix a servi à clouer la loi qui nous condamnait. C’est sur ce bois que le Christ a satisfait les exigences de la loi, qui réclamait la mort du pécheur. Selon la loi, le salaire du péché c’est la mort, et sur la croix la loi est satisfaite, elle ne peut rien nous demander aujourd’hui, puisque Jésus lui a donner entière satisfaction. Mais par la même occasion, il enlève au diable les armes dans lesquelles il se confiait pour nous torturer. C’est sur la base de la loi que le diable nous accusait jour et nuit, mais la loi étant satisfaite, le monde des ténèbres a été dépouillé.

C’est notre péché qui donne pouvoir au diable, mais dès lors que Christ les a effacer par sa mort, l’ennemi est dans la confusion.

Il a été livré en spectacle, lui qui pensait faire une bonne affaire en se débarrassant de Jésus sur la croix, il savait la honte et la malédiction que représentait cette mort horrible. Cependant, il ne savait pas que par la même occasion Christ lui enlèverait cette arme meurtrière de la condamnation qui nous maintenait jadis dans la culpabilité.

Imaginez la grande déception de Satan en comprenant le sens de la croix à ses dépens. L’armée entière des anges déchus s’était rassemblée à Golgotha pour fêter la mort du messie.

Cette forte concentration de démons a plongé le pays entier dans l’obscurité depuis midi jusqu’à trois heures dans l’après midi.

Mais par sa mort, Jésus a désarmé les autorités et les dominations de l’enfer, et il les a livré publiquement en spectacle.

C’est enfin à la croix que notre nature pécheresse a été crucifiée avec Jésus afin qu’elle soit réduite à l’impuissance, et que le corps instrument du péché fut neutralisé. Nous avons été crucifié avec Jésus pour que le mal n’ait plus de prise sur nous, et que nous n’ayons plus besoin d’obéir comme des esclaves à ses exigences.

Celui qui fait l’expérience de la croix, j’entends par là, mettre sa foi dans cette parole de l’Ecriture, alors ce n’est plus lui qui vit, mais c’est Christ qui vit en lui.

Malheureusement, à la moindre occasion, nous avons vite fait de descendre de la croix pour ne pas qu’on se moque de nous. Nous avons vite fait de laisser la chair prendre le dessus pour nous défendre.

Si notre mort n’a pas été constaté, nous ne pouvons entrer en bénéfice de la nouvelle vie en Jésus-Christ.

Je prie le Seigneur que sa mort à la croix, ne soit pas seulement un récit, mais qu’elle devienne une réalité dans chacune de nos vies.

Publié dans Edification

Commenter cet article