Le bon berger

Publié le par Pierre-Yves

Le bon berger

L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien. Psaume 23 v. 2

L’auteur de cette parole n’est autre que David qui lui-même a été berger pendant une période de sa vie.

Il savait exactement où il voulait en venir en comparant Dieu à un berger.

En charge d’un troupeau, le berger doit le conduire là où la nourriture est abondante, veillant avec soin que les brebis paissent en toute tranquillité.

Au-delà d’un simple devoir, le berger manifeste de véritables qualités de cœur qui sont indispensable à l’exercice de son métier.

Le texte biblique fait naître une réelle relation entre le berger et sa brebis. Il connaît chacune de ses brebis qu’il appelle par son nom. La bible sous-entend une intimité, et même un attachement du berger pour sa protégée.

Le travail de berger n’est pas sans danger, c’est au péril de sa propre vie qu’il devra se battre pour défendre ses brebis.

A l’exemple du jeune David qui risque sa vie plusieurs fois pour arracher une brebis de la patte de l’ours ou de la gueule du lion, le bon berger sacrifie sa vie pour le salut de sa brebis.

Jésus utilise d’ailleurs ce même comparatif lorsqu’il déclare à ses disciples : Je suis le bon berger.

Cette parole de Jésus est riche implique sa responsabilité envers les brebis que nous sommes. Il nous procure la nourriture nécessaire à l’édification de notre âme, il prend l’engagement de répondre à nos besoins et de nous protéger contre les prédateurs qui rôdent autour de nous.

Sa mission envers nous n’est pas un simple devoir, mais c’est dans le cadre d’une vraie relation intime empreinte de tendre et d’affection qu’il nous prodigue au quotidien, tous les soins nécessaires à notre épanouissement.

Nous étions des brebis errantes, sans but et sans espoir, il a donné sa vie en rançon sur la croix de Golgotha pour nous sauver, et donner un sens à notre vie.

Et au-delà de toute espérance, il nous a aussi fait don de la vie éternelle.

Jésus est notre bon berger, il connaît chacun d’entre nous personnellement. Bien que mort pour l’humanité toute entière, Jésus veut entreprendre une relation personnelle avec chacun de ceux qui veulent lui accorder sa confiance.

Fidèle même quand nous ne le serions pas, il se propose de nous accompagner chaque jour dans une terre d’abondance spirituelle.

Publié dans Katchil 2

Commenter cet article