Les mains levées

Publié le par Pierre-Yves

Les mains levées

Les auteurs bibliques ont souvent utilisés des images pour exprimer des réalités spirituelles et ainsi les rendre plus vivantes aux yeux des lecteurs que nous sommes aujourd’hui. La bible regorge de ces images qui sont parlantes, et qui suffisent parfois mieux que de longs discours pour véhiculer le message divin.
Je vous invite à découvrir une image qui est commune à plusieurs des écrivains bibliques, c’est celle des mains levées.
Plusieurs passages de la parole de Dieu en parlent :
• Exode 9 verset 29
• Exode 17 verset 11
• Néhémie 8 verset 6
• Psaume 28 verset 2
• Psaume 141 verset 2
• Lamentations 3 verset 4
• 1 Timothée 2 verset 8

Si les mains levées sont un geste habituel de la prière, je me suis rendu compte que beaucoup de personnes priaient inlassablement, sans pour autant avoir levé les mains.

Il y a beaucoup de chrétiens qui boudent les réunions de prières, car prier leur est pénible, tout comme le fait de lever les mains dans la prière suppose un effort.
Garder les mains levées exige de la volonté et de la détermination, et certains chrétiens en sont incapables. Pourtant, ils sont les premiers à s’étonner du manque de saveur de leur vie spirituelle. Ils jalousent ceux qui obtiennent la faveur divine.
Jetons un œil dans la Genèse au chapitre 4. Caïn et Abel ont tous les deux vu la nécessité d’apporter une offrande à Dieu, seulement tandis qu’Abel sacrifiait le premier-né de son troupeau, Caïn s’est contenté de cueillir quelques fruits, ça ne lui a pas coûté grand-chose.
Pourtant, il s'est trouvé offensé du fait que son frère cadet avait l'approbation divine et pas lui. Si nous ne sommes pas prêt à tenir les mains élevées, nous ne pouvons pas non plus espérer recevoir la bénédiction qui en découle.

D’un autre côté, on rencontre des champions de la prière, des chrétiens qui sont parfois en compétition entre eux. Ils se félicitent de prier depuis deux heures du matin, ils se glorifient d'être à l'origine de telle faveur de Dieu dans la vie d'une tierce personne, parce qu'ils ont priés sans relâche. Ces chrétiens qui peuvent passer des journées entières dans la prière, mais qui ne savent pas garder les mains levées. Leurs prières se limitent à d’interminables litanies. Prier pour eux c’est demander, se répandre en revendication.
Je me suis rendu compte que de telles personnes avaient les mains tendues comme des mendiant, toujours à demander. Seigneur donne-moi, Seigneur je veux, j’ai besoin, mais non pas les mains levées comme la parole le réclame.

Je veux vous parler de la prière qui devient un effort, lorsque tout simplement on n’en a pas envie. La prière qui coûte parce qu’on n’est pas disposé. Tendre les mains malgré tout, lorsqu’on est au creux de la vague, qu’on n’a aucun moyen d’en sortir.
Quand on est en larmes et qu’on ne sait pas quoi dire, mais qu’on se tient malgré tout dans la présence de Dieu.
Rappelez-vous Jésus dans le jardin de Gethsémané, il commence à éprouver de la tristesse et des angoisses, son âme est triste à la mort, il est en agonie, et sa sueur est comme des grumeaux de sang. Mais il se tient dans la présence du Père. Il est devant un choix lourd de conséquences, sa prière se résume à peu de choses : Mon père s’il est possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite.

Cela fait mal de se tenir dans cette position, mais il faut qu’il sache. Qu’est-ce qui est le mieux ? Est-il indispensable de passer par la mort pour sauver l’homme ?
Tout ce qui importait pour Jésus, c’était de savoir ce que le Père voulait. N’a-t-il pas dit à Abraham à la dernière minute de ne pas faire de mal à l’enfant, peut-être en serait-t-il de même pour lui.
Que ta volonté soit faite.

Moïse lui aussi a du tenir les mains levées pour assurer la victoire d’Israël sur Amalec. Malgré l’expérience et la bravoure des soldats qui étaient sur le front, il fallait garder les mains levées.
Se tenir dans la prière même quand on a tous les atouts en main. Le combat s’éternise et les mains commence à fatiguer, alors il va trouver du renfort en la personne d’Aaron et Hur.
J’en conviens, parfois c’est dur et on a besoin d’aide dans la prière, on a besoin de quelqu’un qui voudra nous aider à maintenir les mains levées.
Tout le monde prie, mais combien de personnes tendent les mains vers le ciel.

Cela coûte, mais la victoire est assurée, alors arrêtons de tendre les mains comme des mendiants, élevons-les, prenons part au combat qui se livre dans notre vie.

Publié dans La prière

Commenter cet article