Cannibalisme

Publié le par Pierre-Yves

Cannibalisme

Le cannibalisme est une abomination, il est considéré comme criminel, dégoutant et répugnant. Et nous avons du mal à imaginer un tel comportement.

Dans une société moderne où les gens sont des inconditionnels de bonne nourriture, et de plats raffinés, le cannibalisme est impensable.

Comment une personne peut-elle en arriver là ?

Je vous propose de prendre connaissance de notre texte qui se trouve dans le deuxième livre des Rois, le chapitre 6, les versets 25 à 31

Ici, la bible met en scène une femme qui est aussi mère de famille. Et nous connaissons la grandeur de l’amour d’une mère pour ses enfants. Elle est prête à tous les sacrifices pour protéger et prendre soin de sa progéniture.

Pourtant, cette femme ordinaire qui peut être n’importe lequel d’entre nous a fait cuire son fils, le fruit de ses entrailles.

Cette mère de famille est représentative ici de l’être humain avec une conscience, des sentiments et tout ce qu’il y a de noble en lui. Mais dans les circonstances difficiles de la vie, l’homme est un loup pour l’homme.

Sommes-nous meilleurs que cette femme, malgré notre attachement pour nos semblables, ne sommes-nous pas capables de bien pire ?

Ce fait étrange et insolite est parlant de vérité. Notre monde moderne et civilisé n’est pas moins barbare.

Rejet, abandon, humiliations, scandales, meurtres, occultismes, sorcellerie, l’homme peut arriver à tous les extrêmes. Pour garder un emploi, sauver sa réputation, pour le pouvoir et l’argent, l’être humain ne recule devant rien.

Sacrifier sur le bucher de la vie les gens que nous prétendons aimer. Salir leur réputation, les jeter en pâture aux média, les trainer devant la justice, les maudire, leur jeter un sort, vendre leurs âmes, l’homme est capable du pire pour récolter en définitive un maigre bénéfice et éphémère de surcroit.

Il y a une toute autre leçon que nous pouvons tirer de ce récit.

Le roi d’Israël du haut de sa muraille a décidé qu’Élisée était responsable de cette cruauté, et il ne tarde pas à prononcer son jugement : le prophète de Dieu mérite la mort.

Ne sommes-nous pas bien souvent à l’image de ce roi, pressé de condamner celui que nous avons désigné comme coupable.

Du haut de notre arrogance, et de notre intransigeance, nous sommes souvent impatients de sanctionner, et de mettre une tête à prix comme l’a fait le roi d’Israël.

Mais pire, à travers le prophète Élisée, c’est Dieu qui était tenu pour responsable de ce malheur. On lève le poing vers le ciel, on se révolte, et on lui reproche les guerres, les famines, les massacres, les génocides, les épreuves, les difficultés et tous les malheurs du monde.

Pourtant, le message que Dieu veut nous transmettre est celui-ci : je vous aime vraiment. A l’opposé de cette femme qui sacrifie son fils pour un besoin égoïste, Dieu donne le sien pour notre salut. L’amour de Dieu est plus grand, et plus noble que celui des hommes.

Jésus monte lui-même sur le bucher de la condamnation pour sauver le pécheur.

Dieu nous invite du haut de notre muraille, à détourner nos yeux de ce monde plein de haine et de cruauté, et à les tourner vers la croix, où le sang de Christ a coulé pour le salut de l’humanité.

Publié dans Les insolites

Commenter cet article