Jésus est le chemin

Publié le par Pierre-Yves

Jésus est le chemin

Jésus a pu dire dans l’évangile de Jean au chapitre 14 verset 6 :

Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Un chemin est tracé dans le but de conduire ceux qui l’empruntent à une destination désirée.

Jésus est le chemin, et non pas un chemin parmi d’autres. Il est le passage obligé pour quiconque veut aller au ciel.

Aujourd’hui, assez souvent pour accéder à un endroit, nous avons le choix de la route à emprunter, parce qu’il y a plusieurs accès pour arriver à la même destination.

Mais en ce qui concerne le ciel, il n’y a qu’une seule route qui a été inaugurée, c’est celle qui passe obligatoirement par Jésus.

Les religions et les croyances sont divers chemins que l’homme propose pour parvenir au salut, mais ce sont toutes des routes sans issues.

On pourrait comparer la religion à la tour de Babel, à savoir une tentative de l’homme pour toucher le ciel. Mais c’est une construction interrompue par Dieu parce qu’elle ne correspond pas aux normes bibliques.

Toute construction quelle qu’elle soit doit respecter des règles de conformités.

Les autoroutes de la religion sont spacieuses, n’importe qui peut y accéder, et il n’y a pas de limitation de vitesse, dans le sens où chacun fait ce qui lui plait.

Les gens disent aisément qu’ils appartiennent à une religion, mais qu’ils ne sont pas pratiquants. Il n’y a aucune obligation de respect envers son prochain, ou de crainte vis-à-vis de Dieu. Tout est permis.

De plus comment pouvez-vous faire confiance à quelqu’un qui vous promet d’arriver à une destination qu’il ne connait pas. Qui a jamais été au ciel ?

Jésus en est descendu, et contrairement à la religion qui est une volonté de l’homme pour atteindre le ciel, Jésus c’est le chemin inverse, c’est Dieu qui vient vers l’homme.

Tout le monde s’accorde à dire, et l’histoire le confirme que Jésus n’était pas une personne ordinaire. Il n’était pas un être humain normalement constitué pour avoir prononcé les paroles qu’il a dites. Plusieurs de ceux qui avaient été envoyé pour le capturer sont revenus en disant : Jamais homme n’a parlé comme cet homme.

Jésus parlait du royaume de Dieu, non pas comme d’un endroit dont il aurait entendu parler, mais comme d’un lieu d’où il venait. Il parlait de Dieu comme étant son père, ce qui d’ailleurs agaçait les religieux de son époque. Sa connaissance intime de Dieu était indéniable, et il a d’ailleurs rendu le Dieu tout-puissant du ciel et de la terre accessible à tous.

Jésus n’était pas une personne ordinaire dans sa mort. Tremblement de terre, tombes ouvertes, ténèbres en plein midi, et même le voile du temple qui se déchire par le milieu. Tous ces événements qui se sont produit au moment de la mort de Jésus viennent attester qu’il n’était pas seulement le fils du charpentier.

Mais bien plus, la mort de Jésus n’est pas restée sans suite, car trois jours après, il est revenu à la vie.

Il ne fait aucun doute que Jésus n’était pas une personne quelconque, c’est Dieu qui est venu parmi nous pour inaugurer la route qui mène au ciel.

Et il nous invite à le suivre.

Les religions ont de communs qu’elles ont été inventé par des hommes. Jésus n’a pas créer de système religieux, il s’est contenté d’annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu, et de former quelques disciples pour poursuivre la mission après son départ.

Il n’a pas recruté des gens pour former un mouvement religieux, et il n’était animé d’aucune ambition politique ou religieuse.

Son message révolutionnaire avait pour objet d’ouvrir les yeux de ces contemporains, et de les amener à l’affranchissement par la connaissance de la vérité.

Publié dans La vie chrétienne

Commenter cet article