Le carême

Publié le par Pierre-Yves

Le carême

Qu’est-ce que le carême ?

Le Carême est une période de jeûne et de repentance traditionnellement observée par les Catholiques et certaines dénominations protestantes. Pendant une période de quarante jours, des millions de personnes s’abstiennent de certains aliments et de certains plaisirs, et acceptent de se faire marquer le front avec de la cendre. Les gens s’imaginent que l’observation du carême est une imitation du jeûne de quarante jours de Jésus-Christ au désert, selon Matthieu 4 v. 1 et 3.

 

Pourtant, ce que beaucoup de personnes ignorent, c’est que le carême était déjà observé plus de deux milles an avant la naissance du Christ ?

Le christianisme actuel a simplement adopté des coutumes et des rituels païens, sans se préoccuper de savoir si Dieu les approuvaient ou non.

Son origine

Le carême est une coutume babylonienne qui consistait à faire pénitence avant la grande fête annuelle célébrée en l’honneur de Thammuz.

Thammuz était le faux messie des païens qui était vénéré par les babyloniens, une contrefaçon satanique de Jésus-Christ!

La bible parle de Juda qui adorait autrefois ce faux messie:

Ezéchiel 8 v. 13 – 14

"Tu verras encore d'autres grandes abominations qu'ils commettent. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz."

Les pleurs de ces femmes précédaient les festivités en l’honneur de la prétendue résurrection de Thammuz. Pendant une période de quarante jours avant les festivités, les gens faisaient un jeûne qui s’accompagnait de pleurs et de lamentations. C’était une abomination aux yeux de l’Eternel.

 

La christianisation

L'église a adopté ce rituel babylonnien dans le but semble-t-il de ramener les païens vers le christianisme.

Mais en réalité, l’objectif premier était purement politique. Lors du concile de Nicée en 325, l’empereur Constantin a reconnu le christianisme comme la religion officielle de l’empire. Toute autre forme de christianisme qui avait des doctrines différentes que celles de l’Église romaine était considérée comme ennemie de l’État.

L’église romaine a donc pris les mesures pour fusionner les fêtes chrétiennes et païennes en manipulant et en ajustant habilement le calendrier. Et il n’a pas été bien difficile de faire cohabiter le paganisme et le christianisme, puisqu’ils étaient tous deux profondément plongés dans l’idolâtrie.

 

Quand on est sincère

N’est-il pas possible d’utiliser le carême pour se rapprocher véritablement de Dieu dans une attitude de contrition ?

Je ne remets pas en cause la sincérité de ceux qui observent le carême avec l’intention de plaire à Dieu.

Mais dans ce cas, le carême n’est pas autre chose qu’une forme de regret profane, pour les choses qui tourmentent la conscience humaine. Cependant, la conscience de l’homme n’est pas suffisamment efficace pour distinguer ce qui est bien de ce qui est mal. Parce que «le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant» d’après Jérémie 17 verset 9, et que «la voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; ce n’est pas à l’homme, quand il marche, à diriger ses pas».

En réalité, la pénitence du carême n’est qu’une contrefaçon de la véritable repentance. La repentance n’est pas un simple regret de ses fautes, mais c’est avant tout un changement de mentalité.

 

Ce qu’en dit la bible

Le carême peut avoir l’air d’une célébration sincère, mais ses racines sont plongées profondément dans les idées païennes qui vont à l’encontre du plan de Dieu. Dieu hait toutes les observances païennes (Jérémie 10 verset 2-3; Lévitique 18:3, 30; Deutéronome 7;1-5,16). Aucune ne peut être «christianisée» ou «blanchie» par les hommes.

Par l’intermédiaire de Moïse, Dieu déclare à son peuple : Garde-toi de t’informer de leurs dieux, et de dire : comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi je veux faire de même. Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Eternel, ton Dieu ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Eternel. Deutéronome 12 v. 30 – 31

Dieu ordonne à Son peuple de Le suivre et non pas de suivre les traditions des hommes.

L’apôtre Paul interdit aux chrétiens d’observer les jours, les mois et les temps, selon Galates 4 v. 8 – 10

Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature ; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que nous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore ?

Vous observez les jours, les mois, les temps et les années !

 

Dieu ordonne aux chrétiens de fuir les traditions et les coutumes païennes de ce monde (Apocalypse 18:2-4), qui est dirigé et séduit par Satan le diable.

Il n’a jamais institué le carême qui est une observance païenne qui lie la débauche à la soi-disant résurrection d’un faux messie.

 

L’exemple du Christ

Après son baptême, Jésus a été conduit par l’Esprit de Dieu dans le désert pour un jeûne de 40 jours. Matthieu 4 v. 1

Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable.

Vous remarquerez que ce n’est pas de son propre chef que Jésus a décidé de s’imposer un jeûne. C’est poussé par l’Esprit qu’il a été conduit dans le désert. Le croyant est appelé à marcher selon l’Esprit et non selon la chair.

Nous sommes certes appelés à suivre l’exemple du maître, et justement dans ce texte de Matthieu on s’aperçoit qu’il n’a pas pris lui-même l’initiative de jeûner, mais que c’était une décision d’en haut.

Le jeûne que Jésus a observé était une préparation pour son ministère, et il n’a jamais ordonné aux disciples d’en faire un rituel.

Matthieu 6 v. 16 Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.

Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret, et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

 

Cet autre texte de la bible nous laisse à penser que le jeûne est quelque chose qui se passe entre Dieu et nous. Les autres n’ont pas besoin de savoir que l’on jeûne. Or il me semble que le principe même du Carême c’est de proclamer à tout le monde que l’on jeûne. Alors que la bible nous enseigne que nos actes de jeûne et de repentance devraient être faits sans attirer l’attention sur nous-mêmes.

C’est l’une des raisons d’ailleurs qui explique que Jésus s’était retiré dans le désert, pour être à l’abri des regards, et rester dans la présence de Dieu.

Il n’y a absolument rien de mal à consacrer une période de temps pour se focaliser sur la mort et la résurrection de Jésus.

Mais c'est une attitude que nous devons avoir au quotidien, tout au long de l’année, et pas seulement pendant 40 jours entre le mercredi des cendres et Pâques.

Le plus important étant de consacrer ce temps à la repentance de nos péchés et à Dieu lui-même, et non d’essayer de gagner à travers cela les faveurs ou l’amour de Dieu.

 

Publié dans Coutumes et traditions

Commenter cet article