Une troublante déclaration

Publié le par Pierre-Yves

Une troublante déclaration

Quand on n’est pas un lecteur expérimenté de la bible, il y a certains passages qui peuvent se révéler difficiles à comprendre.

On pourrait comme le firent plusieurs disciples de Jésus, abandonner la marche en trouvant que certaines paroles sont trop dures à entendre.

Aujourd’hui, ma curiosité s’est portée sur un passage de l’évangile de Luc au chapitre 14 et les versets 25 à 27.

Vous verrez qu’une parole de Jésus interprétée dans son sens littérale peut être dangereuse.

De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit :

Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne fait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

Est-ce possible que Jésus ait dit une telle chose ?

Certains chrétiens la trouveront même embarrassante car Jésus donne l’impression d’être favorable à la haine de ses proches pour devenir un disciple.

Littéralement, il demande à ses futurs disciples de haïr pères, mères, femmes, enfants, frères, sœurs et même leur propre vie pour devenir un disciple.

Vous remarquez ici qu’on est loin du fameux « Aimez-vous les uns les autres » !

Cette parole du Christ est si choquante que certaines versions ont choisis volontairement d’atténuer la force de l’interpellation du Seigneur.

Jésus est-il vraiment venu pour semer la discorde et provoquer la dispute ? Cela ne lui ressemble guère.

Heureusement, en lisant ces versets aujourd’hui, nous ne sommes pas soumis à une interprétation littérale. Nous pouvons comprendre le sens de ce verset comme l’obligation de préférer Jésus à sa famille, sans pour autant haïr nos proches. C’est d’ailleurs cette traduction que vous trouvez dans le français courant.

Avec cette traduction, on comprend que Jésus demande aux disciples de tout quitter pour le suivre et il les avertit : le suivre exige renonciations et souffrances.

Cependant, il faut savoir que cette parole du maitre avait l’effet d’une bombe pour les gens de l’époque.

En effet, il faut savoir qu’à l’époque, dans une société rurale comme celle de la Galilée, il était très mal vu de quitter sa famille et son village.

Les familles étaient très soudées. Si bien que Jésus et ses disciples ont bouleversé l’ordre établi en quittant leurs proches.

Il ne s’agissait pas uniquement de renoncer à ce qu’ils possédaient, mais bien de se dégager de leurs responsabilités familiales. Le départ des hommes qui suivaient Jésus a certainement eu des répercussions négatives sur les personnes qui dépendaient d’eux. Ils ont dû faire des choix déchirants et ils étaient mal vus des membres de leurs familles avec lesquels ils devaient couper les ponts, comme s’ils les haïssaient.

Lisez avec moi cet autre texte de Matthieu chapitre 10 et les versets 34 et 35

Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère

L’épée est synonyme de division. Une division qui se fera ressentir au sein des relations familiales.

Cette division l’est davantage sur le plan de la réponse de chacun à l’appel de Jésus.

Parce qu’en fin de compte, elle met en évidence notre réaction personnelle face à l’évangile et à la croix.

Commenter cet article