Abba papa

Publié le par Pierre-Yves

Abba papa

Aujourd’hui, nous jouissons d’une relation privilégiée avec Dieu, et nous pouvons en toute liberté l’appeler « Père ». D’ailleurs même ceux qui refusent d’accepter la souveraineté de Dieu dans leurs vies, se réclament cependant « enfants de Dieu ».

Avoir la liberté d’appeler Dieu « notre Père » est un privilège qui a coûté à Dieu le sacrifice de son fils unique. Mais permettez-moi d’y revenir un peu plus tard.

 

Savez-vous que la seule relation qui a toujours existé entre Dieu et l’homme était protocolaire ?

Dieu ordonne et l’homme obéit, il a toujours été ainsi depuis la création.

Même lorsque Dieu s’est choisi un peuple à travers la mise à part d’Israël, la relation avec son peuple se limitait à l’observation des lois et ordonnances.

 

C’est toujours par l’intermédiaire d’une personne comme Abraham, Moïse, Elie et les autres que Dieu correspondait avec son peuple.

Dieu se présente toujours comme un souverain, un Seigneur à qui on doit soumission et obéissance.

 

Mais avec la venue de Jésus, Dieu se présente comme un père. Et vous pouvez comprendre quel impact a eu le message de Jésus pour les juifs de son époque. C’était comme jeter un gros pavé dans la mare en affichant une si grande familiarité avec le grand Dieu de l’univers.

Avec Jésus, Dieu n’est plus éloigné de nous, mais il devient proche, une personne avec qui on peut avoir une relation d’intimité.

 

Jésus introduit un mot que l’on ne rencontre que trois fois seulement dans toute la bible, et qui a pourtant une valeur essentielle pour le croyant né de nouveau.

C’est un mot d’origine araméenne qui était utilisé par les enfants pour appeler leur père, et que l’on traduit en français par « papa ».

 

Appeler Dieu ainsi a été une façon nouvelle et surtout familière pour Jésus d’appeler son père.

Abba, Père, toutes choses te sont possibles. Marc 14 v. 36

 

Bien entendu, de par sa nature divine, Jésus est le fils unique de Dieu. Sa relation avec Dieu est unique. Mais avec la prière du « notre Père », Jésus sous-entend que tout chrétien peut vivre cette intimité avec Dieu. Il invite ses disciples de faire de même : « Quand vous priez dite : Père ! ». Luc 11 v. 2.

 

Dieu fait de nous des enfants d’adoption à travers notre foi personnelle en Jésus.

Voilà pourquoi, l’apôtre Paul reprend dans sa lettre aux Galates l’expression affectueuse « Abba » que Jésus a utilisée.

 « Fils, vous l’êtes bien : Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba – Père! Tu n’es donc plus esclave, mais fils : et, comme fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu. »

Galates 4 v. 6

 

Ce privilège a un prix. C’est à travers le sacrifice de Jésus sur la croix du Calvaire que nous avons le pouvoir d’être appelé aujourd’hui « enfants de Dieu ».

L'adoption n'est possible que par la mort expiatoire du Christ.

Il est tout à fait possible aujourd’hui de devenir proche de Dieu, de le considérer comme un père et de l’appeler Abba, c’est-à-dire « papa ».

 

Il ne tient qu’à vous de recevoir un pouvoir réservé à quiconque reçoit la parole faite chair.

 

 

 

Publié dans Index biblique

Commenter cet article