Le feu étranger

Publié le par Pierre-Yves

Le feu étranger

Savez-vous que le feu fait partie des quatre éléments avec le l’eau, la terre, et l’air ? C’est aussi une source de lumière, et de chaleur qui permet de s’éclairer, de se chauffer, de faire cuire les aliments, mais encore de se protéger des animaux sauvage pour ceux qui vivent dans la nature.

 

Symboliquement, le feu est tantôt purificateur, tantôt destructeur. Il représente la passion amoureuse et on dit que deux personnes brûlent l’un pour l’autre. On dit aussi qu’une personne peut être enflammée pour un projet, ou encore que les paroles de quelqu’un ont mis le feu aux poudres.

 

Dans la bible aussi, le feu est utilisé de diverses manières pour exprimer des pensées ou encore des émotions.

C’est à travers un feu du buisson ardent que Dieu apparait à Moïse. Sur le sommet de la montagne, Dieu apparait cette fois-ci comme un feu dévorant. C’est l’expression de sa gloire. Le livre de l’Apocalypse fait mention du feu de la Géhenne. 

 

Cependant, ma curiosité s’est arrêtée sur un tout autre feu, celui que la bible appelle le feu étranger.

Je vous invite à faire une lecture avec moi dans le livre de Lévitique 10 v. 1 et 2

Les fils d'Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brûle-parfum, y mirent du feu et posèrent du parfum dessus. Ils apportèrent devant l'Eternel du feu étranger, ce qu'il ne leur avait pas ordonné. Alors un feu sortit de devant l'Eternel et les brûla. Ils moururent devant l'Eternel.

Vous remarquerez que le feu qui sort de l’autel est symbole le ici de la justice de Dieu qui châtie le coupable.

 

Nadab et Abihu sont au service de Dieu dans le tabernacle.

Il faut savoir que dans le tabernacle, il y avait un feu allumé, qui était continuellement entretenu par les sacrificateurs. Selon l’ordre de Dieu, le feu qui devait servir au service du sanctuaire devait obligatoirement provenir de l’autel des holocaustes. Lévitique 16 v. 12

Il était formellement interdit d’apporter du feu étranger sur l’autel, c’est-à-dire un feu qui venait de l’extérieur.  

 

 

Concrètement, le feu étranger était un feu qui ne prenait pas sa source sur l’autel. Il était considéré comme étranger tout simplement parce qu’il était prélevé en dehors des limites fixées par Dieu.

 

Si nous comparons un instant l’autel au sacrifice de Jésus, le feu étranger pourrait désigner tout ce qui ne provient pas de la croix. Tout ce que Dieu agrée doit absolument provenir du sacrifice de la croix. On ne peut pas servir Dieu avec notre nature charnelle, il faut qu’elle passe par le renoncement de la croix. Notre volonté, nos pensées ou encore nos ambitions sont considérés comme un feu étranger, seule l’œuvre de Christ peut être acceptée par l’exigence divine.

 

Dans la symbolique du feu étranger, Dieu nous apprend que la seule passion humaine qui nous dévore ne peut pas servir sa gloire.

 

Alors un feu sortit de devant l'Eternel et les brûla. Ils moururent devant l'Eternel. La bible fait mention d’un autre feu, qui est symbole de jugement, un feu sortit de devant l’Eternel.

Dieu ne laissera pas impuni quiconque s’approche de lui dans le service avec un feu étranger.

C’est à chacun d’entre nous de vérifier la provenance du zèle ou de la passion qui nous anime. Tout service chrétien qui ne prend pas sa source dans le sacrifice de la croix subira le jugement implacable de Dieu.

 

 

 

 

 

Publié dans Les insolites

Commenter cet article