Traditions et foi chrétienne

Publié le par Pierre-Yves

Traditions et foi chrétienne

Y a-t-il comptabilité entre la foi chrétienne et la tradition ?

Le chrétien doit-il renier ses valeurs culturelles pour adhérer à la foi en Jésus-Christ ?

 

Définitions 

Avant de répondre à ses questions, j’aimerais d’abord vous donner quelques définitions utiles.

 

La foi chrétienne :

C’est une adhésion totale à la bonne nouvelle de l’évangile de Jésus-Christ. C’est l’acceptation de Jésus comme son seigneur et son sauveur personnel dans la perspective de la vie éternelle auprès de Dieu.

 

La tradition :

C’est la transmission de coutumes et de souvenirs qui sont propres à un groupement ou à une société, dans le but de garantir la mémoire de ce groupe. C’est encore l’adoption d’une certaine manière de penser et de fonctionner qui est propre à un peuple.

 

La culture :

La culture c’est l’expression d’une pensée, d’une croyance ou d’une espérance. Ce sont des principes et des éléments qui sont propres à un peuple et qui constitue son identité. C’est l’ensemble des questions que donne un groupement à des questions existentielles qui se posent à le lui.

La culture c’est encore la transcription dans le temps de ce que pense une société, la manière dont elle voit le monde.

 

Il y a des pratiques ancestrales qui ne sont pas approuvées par Dieu et qui lui sont en abomination, comme c’est le cas par exemple de l’astrologie, ou du fait de consulter les morts.

Le chrétien doit prendre position et dire non à ce genre de traditions qui met en péril sa foi.

Cependant, il n’est pas interdit de respecter certaines traditions qui sont des valeurs fondamentales.

Jésus lui-même, juif de naissance, il a respecté la culture de son peuple, et face aux coutumes et aux traditions de son pays, il a adopté une attitude qui peut nous être bénéfique à observer.

Il a cherché en permanence à mettre en lumière et en application leur vraie signification. Cependant, il a rejeté certaines déviations dont la compréhension ou encore la pratique pouvait faire tort à autrui ou contredire la volonté de Dieu.

C’était le cas par exemple de la loi du talion, ou encore celle du repos du jour du Sabbat. Matthieu 5 v. 38 à 42 et Matthieu 3 v. 1 à 6.

 

A l’exemple de son maitre, le chrétien est tenu d’avoir une attitude critique face aux réalités culturelles de son pays, parce qu’il se cache souvent derrière la culture des mensonges et des abominations que nous devons dénoncer et mettre en lumière.

L’attitude du Christ face aux traditions de son peuple, doit nous inspirer le respect de notre culture dans la mesure ou celle-ci ne fait pas obstacle à la volonté de Dieu.

 

Il n’est donc pas question de faire table rase des traditions, mais de les purifier de toute déviance par la lumière de l’évangile.

Toute tradition est bonne lorsqu’elle conduit à l’accomplissement de la volonté divine et à la pratique du bien. Elle est mauvaise par contre, lorsque dans sa forme ou dans son application, elle transgresse la parole de Dieu et cause du tort à autrui.

 

Conclusion

En conséquence, cela doit nous conduire à aborder certaines fêtes et traditions de notre culture d’une toute autre manière, et surtout à les examiner à la lumière de la parole de Dieu.

Nos parents nous ont laissé un héritage culturel, mais nous devons prendre le temps d’examiner ce patrimoine culturel pour savoir s’il correspond ou pas à la volonté de Dieu

Publié dans Coutumes et traditions

Commenter cet article