Le tombeau vide

Publié le par Pierre-Yves

Le tombeau vide

Personnalités politiques, artistes, musiciens, sportifs, scientifiques… Ils sont nombreux à avoir marqué l’histoire par leurs œuvres, leurs actes ou leurs découvertes. Aujourd’hui encore, plusieurs décennies après leur décès, leur souvenir est toujours entretenu par des fans, des partisans ou des descendants.

En donnant leur nom à des monuments, des rues, des aéroports, des entreprises, des inventions, ils sont devenu de véritables légendes vivantes, et leurs noms continus de générer des millions en revenus annuels.

Cependant, quoi qu’ils aient été, et même si leurs mémoires semblent restées intactes avec les vibrants hommages qui leur sont rendus chaque année, l’emplacement de leurs tombes témoigne de l’évidence de leurs morts. Ils n’étaient pas assez puissants, riches, influents, ou ingénieux pour échapper à la mort, et aucun d’entre eux n’est revenu outre-tombe.

Dans toute l’histoire de l’humanité, un seul homme a fait l’exploit de revenir à la vie après que sa mort soit constatée. Jésus-Christ est celui dont la mort n’avait aucune emprise sur lui.
Trois jours après sa mort, alors que les femmes se rendaient au sépulcre en se demandant qui leur roulera la pierre placée à l’entrée du tombeau, elle découvre un lieu vide, propre et bien rangé.
La résurrection de Jésus est la preuve qu’il n’était pas seulement un grand homme, mais la démonstration qu’il était comme il n’a cessé de l’affirmer, le fils de Dieu.
Plus de deux mille ans après ces événements, Jésus continu de rassembler de grandes foules qui lui rendent hommage, partout dans le monde entier, et toutes civilisations confondues.

Aujourd’hui, il n’est pas nécessaire d’essayer de prouver la résurrection du Christ. Il n’est nul besoin pour le croyant d’essayer de démontrer qu’il est vivant, c’est sa vie transformée qui en témoigne.
La propagation de l’Évangile et le salut des âmes sont des preuves irréfutables que la mort n’avait aucun pouvoir sur lui.

Aujourd’hui, nous lui rendons hommage, mais pas comme on le ferait généralement pour un être disparu.
Car à travers la célébration de la sainte cène, nous rappelons sa mort qui était nécessaire pour le salut de l’humanité, mais nous annonçons également son retour prochain. Jésus n’est pas resté au tombeau.
Nous ne rendons pas hommage à un mort, mais notre adoration est la manifestation de notre communion avec un Jésus ressuscité.

Publié dans Jésus

Commenter cet article