Le mensonge

Publié le par Pierre-Yves

Le mensonge

Mentir c’est mal. Nous le savons pertinemment pour le répéter à longueur de journée à nos enfants. Pourtant, cela ne nous empêche pas de leur mentir, et nous sommes bien souvent les premiers à le faire en propageant les mythes du père noël, de la petite souris, du grand méchant loup ou encore de la naissance dans les choux ou dans les roses, etc…

Nous contribuons largement à leur faire croire ce que nous voulons pour obtenir d’eux soumission et obéissance.
Nous avons été bercés nous-mêmes dans le mensonge depuis notre plus tendre enfance, et nous passons le plus clair de notre temps à faire des petits arrangements avec la réalité.

Cette aptitude au mensonge se manifeste très tôt dans la vie d’un enfant. Lorsqu’il s’aperçoit qu’on ne sait pas tout de lui, et qu’il a des pensées secrètes, il va alors décider de ce qu’il veut révéler ou pas.

L’éducation que nous recevons peut contribuer à donner de l’importance au mensonge.
Il y a des choses que nous avons appris à taire pour ne pas causer de la peine à autrui.
En effet, lorsqu’on dit à un enfant que « Ça ne se dit pas », il en déduit inconsciemment que pour être correct, il faut parfois mentir. Il fait alors pour la première fois l’expérience du « non-dit », et c’est la première forme de mensonge.

Le mensonge a pris de telles proportions dans notre vie quotidienne, que nous avons finalement du mal aujourd’hui à distinguer le vrai du faux.
Le monde nous a tellement habitué à mentir, que le mensonge est devenu comme un réflexe, une manière de vivre, et du coup, nous ne savons plus ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.
Nous estimons bien souvent que nous avons de bonnes raisons de mentir, cependant, la parole de Dieu nous recommande de ne pas faire usage du mensonge dans nos rapports avec les autres. Lévitique 19 v. 11
Vous ne déroberez point, et vous n'userez ni de mensonge ni de tromperie les uns envers les autres.

Dissimuler son âge, mentir sur son CV, maquiller ses défauts, le mensonge est devenu monnaie courante, et il se présente sous différentes formes parfois plus attrayantes les unes que les autres.
Il y a plusieurs raisons qui peuvent pousser une personne à mentir, et on distingue généralement trois types de mensonges.

Le mensonge de courtoisie :
Aujourd’hui, c’est faire preuve de savoir-vivre quand on aménage la vérité à sa convenance pour ne pas blesser, choquer, ou vexer une tierce personne.
Pour rester courtois, et ne pas froisser la sensibilité de l’autre, nous nous sentons obligé de lui mentir.
Complimenter ou féliciter quelqu’un, alors qu’on n’en pense pas un mot ; dire instinctivement que tout va bien, alors que ce n’est pas du tout le cas ; il y a tant de « petits mensonges » que nous disons au quotidien sans même nous en rendre compte.
Ils servent dans ces cas-là, à faciliter nos rapports avec nos semblables et garantir un équilibre social, on ment pour « la bonne cause ».

Le mensonge pathologique :
Certaines personnes ne peuvent s’empêcher de s’inventer une vie, en racontant des histoires rocambolesques. Mentir est une tendance chez ces personnes qui ont perdues le sens des réalités, et qui ont besoin constamment d’inventer des histoires pour être crédible dans le personnage qu’elles interprètent au quotidien, et obtenir l’admiration de leurs publics
Aussi connu sous le nom de mythomanie, ce type de mensonge est pathologique, et il peut prendre plusieurs formes, oublis volontaires, exagérations, simulations ou informations incomplètes.

Le mensonge pernicieux :
On rencontre également certaines personnes qui sont devenus expertes dans l’art et la manière de mentir, avec à la clé le seul projet de faire du mal. Arnaques, escroqueries, tromperies, ici le mensonge est destiné à nuire, et il est bien souvent lourd de conséquences.
Et ce type de mensonge est beaucoup plus répandu qu’on ne le pense. A longueur de journée, on nous ment pour nous escroquer quelque chose, dans la politique, la publicité, dans le monde du commerce, et malheureusement, dans nos rapports personnels avec nos semblables.
Nourri par la haine ou l'envie, ce type de mensonge est calculé, les actes sont prémédités, et planifiés dans l’intention de nuire, à l’image du voleur dans Jean 10 v. 10
Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire.

Cependant, quelle que soit la forme sous laquelle le mensonge se trouve, et quelles que soient les raisons que nous pourrions invoquer, nous allons découvrir que le mensonge est bien plus destructeur qu’il n’y parait.

Publié dans La connaissance

Commenter cet article